La mise en réseau des initiatives plébiscitée aux journées sur les Transitions énergétique et sociétale à Nantes

, par  Michel Briand , popularité : 47%

Lors de ces journées de rencontre qui viennent de se dérouler à Nantes du 6 au 8 juin, les participants étaient invitées à formuler des propositions pour permettre à la Transition énergétique et sociétale de changer d’échelle.

Le souci d’une approche attentive aux initiatives locales a largement émergé soulignée par une défiance envres les mécaniemes "descendants" (fondation régionale, conseils participatifs ..).

Dans un premier temps, les 120 participants répartis par petit groupes d’une dizaine de personnes étaient invités à formuler en conclusion d’un débat ouvert 4 ou 5 propositions.

Dans l’atelier auquel je participais cela été notamment, une cartographie des initiatives, une

Ces propositions ont ensuite été agrégées par les rapporteurs de chaque atelier pour aboutir à deux propositions sur lesquelles les participants ont voté par un système de gommette (10 pour et 4 contre) après un temps de débat mouvant en début d’après midi.

Une photo reprise du tweet de Chrystèle Chauvet

Deux propositions encourageant une approche ascendante et la mise en réseau ont largement émergé avec 98 et 96 votes pour :

- Créer des espaces tiers qui libèrent des jeux de pouvoir des postures pour partager en confiance avec d’autres acteurs

- Partir des initiatives locales de son territoire, s’appuyer sur les porteurs de projet et créer une cartographie des initiatives locales pour commencer à faire système et synergie

Le panneau de vote un peu avant la cloture

Deux autres propositions ont obtenu plus de 60 votes :

- Expérimenter dans le plus d’instances possibles de nouvelles formes de de gouvernance et de démocratie participative : tirage au sort, conférence de consensus, élections, référendum, constitution

le panneau de vote un peu avant la cloture

- et une proposition autour de parcours de formation pour accompagner les poreturs d’initiatives

Et il est à remarquer que les votes contre se sont concentrés très largement sur deux propositions

- celle qui visait à développé les instarnces de type conseil de quartier, conseil citoyen, conseil de développement

comme si les participants avaient fait le deuil de ces formes où la participation est souvent vécue comme une forme de participation descendante distante des initiatives locales qui oeuvrent concrètement aux transitions environnementales et sociétales ;

- et celle qui appelaient à la création de fondation régionale pour soutenir les projets de transition

comme si les participants étaient en rejet de ces les formes d’appel à projet où des des centaines de personnes s’impliquent pour écrire leur projets pour finalement n’en retenir qu’un très petit nombre. Une pratique hélas courante parmi les fondations qui crée de la compétition (combien de messages n’a -t-on par reçu "voter pour ce projet" !) là où la coopération et l’implication du plus grand nombre sont nécessaires aux transitions de plus en plus urgentes.

Le vendredi matin lors d’un "world café" les participants ont approfondi ces 4 propositions majoritaires et ce qui posait problème dans les deux propositions en rejet tel que formulées.

Nous relaierons la mise en ligne de ces contributions qui sera, je pense, très riche de cette aspiration à un donner à voir, une mise en réseau et une expérimentation de nouvelles formes de participation qui renforcent le pouvoir d’agir.

- le site des journées
- le programme (pdf)

Un regret toutefois que l’angle des communs n’ai pas été pris en compte pour éclairer cette approche contributive. Voir par exemple à ce sujet l’article de Jonathan Piron"Consitutionnaliser les communs" qui plaide pour une prise en compte des communs :

Plutôt que de sanctuariser des biens, l’enjeu constitutionnel est de permettre aux citoyens de s’occuper des espaces publics en lieu et place des institutions publiques. La démarche peut même aller plus loin, en favorisant et privilégiant l’initiative autonome des citoyens dans l’exercice d’activités d’intérêt général [2]. Ce principe est celui de la subsidiarité horizontale.


Et comme la coopération était le thème de ces rencontres, quelques liens pour se former à coopérer :
- les formations animacoop
- les vidéos et publications de Jean Michel Cornu
- le Forum des usages coopératifs sur la coopération ouverte
- « L’état d’esprit collaboratif », « faire avec » et « avoir le souci des communs » : trois pivots pour coopérer

Sites favoris Tous les sites

6 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

  • Veilles

    Les veilles publiques ouvertes à vos apports et réutilisations :
    Au fil de l’actualité compte (...)

  • Co-écritures

    Co-animation des magazines a-brest, Bretagne Créative Eco-sol-brest Brest-ouvert (...)

  • Activités

    Acteur de réseaux coopératifs Bretagne Creative, réseau de l’innovation sociale et des transitions (...)

  • à Brest

    L’action municipale ouvre un espace de possibles pour une implication progressive des personnes (...)

  • Activité passées

    Parmi les activités des dernières années Co-fondateur de Créatif, collectif des réseaux d’accès (...)